De retour de la nocturne - 42.195 km

Lundi 14 aout 23h50 : les premiers véhicules arrivent sur le parking de l’église de Comines France. Les huit JARistes sont repérables dans leurs gilets jaune fluo !

23h58 le départ est donné par Jean Pierre. C’est parti pour ce marathon de marche de 42,195 Km… La nuit est noire, la température est de 18°, les étoiles scintillent bref tout est parfait ! Nous marchons sur les berges de la Lys afin de rejoindre l’ancien canal qui devait relier Comines à Ypres.

Nous y sommes ! Sous le bruit de nos pas et de notre bonne humeur mais aussi sous les faisceaux de nos frontales nous dérangeons les oiseaux qui s’ébrouent dans le silence de la nuit… Après environ 10 km de marche à « allure soutenue » nous abordons le Domaine de Palingbeek, nous devinons les ruines des anciennes structures du canal…. Des lampadaires, au loin, nous laissent prévoir qu’Ypres n’est plus très loin nous « pétons « la forme !

Premiers remparts et nous pénétrons dans l’immense mémorial de la Porte de Menin » construit par les britanniques. Comme tous les soirs depuis la fin de la guerre, toutes les marches sont recouvertes de gerbes de coquelicots qui symbolisent les 54 896 soldats britanniques tombés au front.

Sous les voutes impressionnantes du mémorial, et dans le silence, le respect et le recueillement s’imposent.

Nous quittons cette enclave historique pour reprendre le chemin des remparts afin de rejoindre l’Yser via les vestiges de notre ancien canal. Nous marchons dans le Westhoet qui depuis les guerres meurtrières, a retrouvé la sérénité de ses campagnes et de ses paisibles canaux que nous longeons sur les chemins de halages.

Notre parcours est ponctué de pauses « ravitaillement » environ toutes les heures. Les 21 kms sont désormais atteints ! Toujours l’envol de nuées d’oiseaux dérangés par notre présence (et le bruit de nos bâtons…..) Et nous marchons… marchons encore. Sous le coup de 4h, dans le lointain, le ciel s’illumine parfois. Vers 5h le ciel est vraiment zébré d’éclairs mais sans grondement…. Inlassablement nous marchons, la chaîne musculaire commence à se réveiller !

Le jour se lève, déjà 27 km parcourus. Spectacle étonnant (presque angoissant) à l’Est, le lever du soleil d’un jaune orange puissant. A l’Ouest, le ciel tourmenté d’un gris sombre avec des lueurs jaunâtres, des éclairs et le grondement qui se rapproche….

Ca y est ! Les premières gouttes sont perceptibles, très vite elles se transforment en pluie soutenue ponctuée par des éclairs et du tonnerre ! Nous nous refugions sous l’auvent d’une maison en construction qui borde le canal. Au bout d’une dizaine de minutes l’orage se calme (mais pas la pluie qui nous accompagnera jusqu’à notre destination finale).

Nous reprenons la route de halage le long de L’Yser(LF1), cours d’eau bien rectiligne avec dans le lointain la tour de l’Yser qui se dessine sous le ciel pluvieux. Ouf ! Le pont de Dixmude est franchi.

Le port pourtant joli ne mobilise pas notre intérêt … c’est la gare notre objectif et la réalisation de notre défi !

Il sera atteint à 8h28. Nous sommes trempés, fatigués mais heureux.

Merci à Jean Pierre pour cette organisation sans faille, merci et bravo aux huit « fadas » Isabelle, Fabrice, Emmanuel, Laurent, Thierry, Jean François, Jean Pierre, Christian qui ont rendu ce périple agréable et très convivial.

Nb : Pour notre retour vers Comines trois trains ont été nécessaires (pourtant la ligne droite est le plus court chemin d’un point à un autre… du moins en France !).

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Catégories

Roncq, FRANCE

mise à jour le15/02/2020