MNC - Neufchef 17 septembre 2022

1… 2… 3 photos ! 1… 2… 3 photos ! 1… 2… 3 photos !

Et voilà, nous sommes désormais immortalisés sur les réseaux sociaux…


Qui nous ?

Les 18 marcheurs nordiques, 12 du JAR et 6 marcheurs de 3 autres Clubs, il faut bien remplir les minibus qui nous attendent devant notre lieu habituel de RDV : La Source à Roncq, ce samedi matin 17 septembre vers 07h15. Agnès nous rejoindra sur place avec quelques péripéties de voyage !


L’objectif : Neufchef, commune française située dans le département de la Moselle, à proximité de Metz, à 340 km de Roncq.


La Fensch Nordic Tour et ses 12580 m de Marche Nordique à effectuer sur une boucle (5 tours). Comme d’habitude, l’organisation est méthodique, les conducteurs attribués aux véhicules ainsi que les occupants. Pas de retard, tout le monde est ponctuel, 7h30 Go !

Départ sous un ciel sombre, qui deviendra pluvieux sur l’autoroute Belge.

Nous avons encore l’espoir d’un temps plus clément pour le lointain Neufchef …


Voyage sans problème, notre conducteur à notre pleine confiance, la preuve nous sommeillons en toute quiétude, bercé par le ronronnement du moteur. Un arrêt « technique « ou pause pipi nous permet de constater le tarif des toilettes en station-service sur les axes autoroutiers Belges (0.80 €). Le plus inquiétant, c’est le temps froid et la pluie qui devient persistante…à suivre !


Neufchef, à 11h15. De suite le repas sorti du sac et la distribution des dossards.

La découverte du lieu bien verdoyant et la reconnaissante partiel du parcours.

Nous faisons nos gammes habituelles sous la direction du chef d’orchestre Jean-Pierre, afin d’être échauffé musculairement et d’atteindre la note – pardon - le geste parfait. Car l’ombre du carton jaune plane toujours dans le sillage rythmé et cadencé des bâtons nordiques…


13h30, le ciel contient sa pluie et nous faisons grise-mine lorsque nous visitons la mine de fer pour un départ décalé à 14h00. Et bien sûr, à l’heure dite il commence à pleuvoir !


Les fauves sont lâchés dans l’arène et un ruban multicolore serpente sur le chemin délimité par les rubalises. Il faut jouer des coudes et des bâtons pour s’y frayer un passage, comme d’habitude. J’opte pour un départ prudent car sur 12,5 km, on peut voir venir… ou disparaître les concurrents.

La montée d’un kilomètre avec ses marches nous ouvre les bras et le ciel nous donne sa pluie. Pas d’affolement, il faut respecter l’allure prévue et ne pas s’emballer sous peine d’être déjà dans le rouge, de se désunir et tomber dans le jaune du carton de pénalité. Les tours, au nombre de 5, s’égrènent et la fatigue se fait ressentir – à cette satanée montée qui semble s’allonger à chaque passage !

La pluie se transforme en « drache «, le maillot colle et les chaussures rejettent l’eau qui s’engouffre pour nous laver de la boue du parcours. Bref, c’est le bonheur total qui ruisselle sur tous les concurrents.

Un nid de guêpes, sur le parcours, qui semblent s’amuser et piquent sournoisement aux passages de certains marcheurs(es).

Les chemins deviennent très boueux et glissants, même la chaussée goudronnée avec ses passages piétons est piégeuse.

Les juges sont là, bien présents imperméables à la pluie, l’œil acéré et alerte. Ils sont toutefois nécessaires pour le respect du geste Nordique, gardiens du temple de la bonne pratique. Respect, nous les aimons ! : si si c’est vrai, j’en vois plusieurs qui rigolent et doutent !


Allez, allez, l’arrivée approche, les derniers hectomètres, la bannière d’arrivée nous ouvre ses bras. Un dernier sursaut d’énergie. Les copains du club nous applaudissent et nous sommes tout fier d’avoir la médaille autour du cou.

Vite, le stand ravitaillement pour se restaurer et avoir l’occasion d’échanger nos premières impressions de la course.

Perplexe pour la troupe de choc et d’élite dite de "Sécurité" et leur intervention d’un pas lourd alors qu’une présence rapide et professionnelle devait intervenir lors d’un léger malaise d’une concurrente, juste après la ligne d’arrivée. Heureusement sans suite...







A la remise des prix, une coupe bien méritée pour Mathieu, la galaxie du JAR est donc toujours présente dans les cieux.











Retour sans problème, avec quelques ralentissements. Tout est bien calme dans la voiture. Les yeux sont fermés mais personne ne ronfle.

La sortie du véhicule est moins dynamique que ce matin, bizarre…


Un grand merci à nos chauffeurs !

LD




Trempés jusqu'aux os !


Ce samedi 17 septembre, treize compétiteurs du JAR se sont alignés au départ du Fensch Nordic Tour, à Neufchef, en territoire Mosellois, aux côtés de Christine du club de Phalempin, Marjorie, Christophe et Bruno d'Aire-sur-la-Lys et de Fabien venu d'Outreau, que nous avons covoiturés.


Avec une montée d'un kilomètre environ dans les sous-bois, puis une descente vers le stade sur le macadam, la boucle de 2,5 km à parcourir cinq fois s'est avérée éprouvante avec la pluie qui nous a copieusement arrosé trois tours durant. Prévue pile poil à l'heure du départ, elle a répondu présente dans les premières foulées avec quelques gouttes pour vraiment s'exprimer une demi-heure plus tard, et ce, jusqu'à la fin. Il a fallu y aller au courage, mais la volonté d'aller jusqu'au bout a permis à tous de franchir la ligne sans bobo ni chute.


Dans ces conditions défavorables, c'est Matthieu qui s'est découvert un mental d'acier et une vélocité impressionnante, réalisant une très belle performance en décrochant un podium (2ème de sa catégorie) avec un temps de 1h31m14s et une moyenne de 8,2 km/h.


Chez les dames, une belle performance pour Gerda qui, appliquée dans le geste et indemne de pénalités, termines-en 1h40m48s et une moyenne de 7,5 km/h.




Après une longue douche froide, la chaude a permis au rictus de laisser place au sourire du finisher...




Et pour mieux nous prouver la mainmise sur la journée, la pluie s'est invitée tout le long de la route du retour, sans pour autant refroidir la bonne ambiance du groupe.

LV






130 views0 comments